MAÎTRE JI HAENG

QUE FAIRE SI JE SUIS INCAPABLE DE PAYER LE LOYER ?

Il s'est passé dix ans depuis le départ de notre fondateur, le Maître Zen Seung Sahn, et le coeur de son enseignement hérité continue à battre fortement dans le monde entier. Le mémorial du grand maître au Centre Zen de Providence  m'évoque des souvenirs poignants de l'enseignement de Dae Soen Sa Nim et l'effet durable qu'il a eu sur moi personnellement.

Ma rencontre avec  Dae Soen Sa Nim  s'est faite sous de bons auspices. C'était à la fin des années 1980, et j'étais un étudiant avec cinq préceptes voyageant régulièrement du Centre Zen de Dharma à Los Angeles pour m'asseoir à leur Jong Maeng Yong Jin bimensuelles. C'est là que j'ai eu le privilège de rencontrer Dae Soen Sa Nim, de pratiquer avec lui, et d'entendre ses merveilleuses conférences de dharma.

A cette époque, Las Vegas était le lieu de résidence de l'un des  premiers médecins asiatiques dans l'ouest des Etats-Unis, le Dr Lee Ju Cheon. Chaque fois que le Maître Zen Seung Sahn venait à Los Angeles pour enseigner, il voulait également faire l'heure de vol vers Las Végas  afin de rencontrer le Dr Lee pour des traitements d'acupuncture et de moxibustion (technique de stimulation par la chaleur de points d'acupuncture. Le moxa est l'objet chauffant qui permet cette stimulation). Lors de ses visites à Las Vegas, je rencontrais Dae Soen Sa Nim et son entourage à l'aéroport, je les conduisais à leur hôtel, et étais leur chauffeur pour la visite. J'avais aussi la chance d'avoir régulièrement des entretiens de  kong-an avec Dae Soen Sa Nim dans sa chambre d'hôtel.

Un jour, j'ai reçu un coup de téléphone et on m'a demandé de rencontrer le Dr Lee. Quand je suis arrivé, il m'a donné un jeu de clés de son bureau, un planning des heures de bureau, et m'a dit que je pouvais utiliser sa salle de pratique médicale pour proposer de la méditation pendant les heures de fermetures  et le week-end. Beaucoup plus tard, j'ai appris que Dae  Soen Sa Nim avait convaincu le Dr Lee qu'il pouvait me faire confiance en me confiant cette responsabilité.

Trois fois par semaine, pendant deux ans jusqu'à ce que je sois devenu un enseignant  du dharma, j'ai déménagé tous les meubles de salle d'attente dans le couloir; mis en place les tapis, les coussins et un autel;  j'ai conduis la pratique, et puis remballé tout à nouveau; et j'ai remis tout le mobilier de nouveau dans la salle d'attente.

Alors, lors d'une des visites de Dae Soen Sa Nim, alors que je conduisais, Mu Shim Sunim (maintenant le Maître Zen Dae Jin) et Mu Sang Sunim de l'aéroport à l'hôtel, la conversation a dérivé sur la pratique dans le bureau du Dr Lee. J'ai dit qu'il y avait suffisamment de gens qui pratiquaient maintenant pour que nous pensions à faire le saut du bureau du Dr Lee à un nouvel emplacement dans un centre commercial industriel. Mais j'étais inquiet: "Que faire si je suis incapable de payer le loyer?"

Dae Soen Sa Nim écoute poliment, puis se tourna vers Mu Shim Sunim et dit: «Demain, vous appelez Providence pour leur dire que si Tom a besoin d'argent supplémentaire pour son loyer, qu'ils lui envoient de mon compte personnel chaque mois." Même maintenant , après tant d'années, cela m'amène les larmes aux yeux. Il ne me connaissait pas si bien, mais il n'avait pas de doutes sur mes intentions. La meilleure fut que je n'ai jamais eu besoin d'appeler Providence. L'engagement indéfectible de Dae Soen Sa Nim au dharma  est inspiré complètement de  l'esprit : à 100% "Agir juste simplement" Notre beau Centre Zen de Las Vegas exige aujourd'hui des charges mensuelles significativement  plus grandes, mais il n'y a aucune hésitation. Tout comme dans le bon vieux temps, nous "continuons tout droit."

Une autre fois, j'étais à Los Angeles juste avant l'anniversaire de Bouddha. Dae Soen Sa Nim m'a envoyé à Tal Mah Sah pour aider à accrocher des lanternes de prière sur le plafond de la salle du Bouddha. On m'a donné une grande échelle, de nombreuses lanternes, et des instructions de base. Pendant que je travaillais, toutes les femmes étaient dans la cuisine en bas, en train de rire et parler pendant qu'elles préparaient la nourriture pour la cérémonie.

Après un certain temps, l'une des bosalnims revint à l'étage. Je la regardai de l'échelle, souriant pour indiquer: «Eh bien, qu'en pensez-vous?"  Son visage devint blême et son sourire disparu. Elle a commencé à crier pour alerter les autres femmes de revenir à l'étage pour voir ce que j'avais fait, à cet instant  la voiture de Dae Soen Sa Nim arrivait et il marchait vers  la porte. Une femme pointât du doigt le plafond en criant: "Regardez, regardez ce qu'il a fait!" Apparemment, toutes les lanternes étaient suspendues la tête en bas! Elles attendaient que  Dae Soen Sa Nim  me fit  une forte réprimande. Au lieu de cela il m'a juste souri, puis se tourna vers les femmes, et a botté en touche en disant: «Pas de problème. C' est juste le style Zen! "

Là encore, Dae Soen Sa Nim était capable de couper tout attachement aux signes extérieurs du bouddhisme, en se concentrant uniquement sur ​​les intentions pures d'un élève à l'esprit sincère et qui essaie de son mieux. À une autre occasion Dae Soen Sa Nim est arrivé à Las Vegas avec  un planning serré, il devait à nouveau redécoller le lendemain. Après l'enregistrement à l'Hilton de Las Vegas, nous sommes allés  immédiatement chez le Dr Lee pour un moxibustion. Plutôt que de retourner à l'hôtel pour se reposer, nous devions rencontrer le Dr Lee et sa famille pendant une heure pour diner dans un restaurant chinois de luxe. J'ai mentionné à Dae Soen Sa Nim que l'un des pratiquants de notre centre Zen, Ken, avait souffert récemment d'un accident vasculaire cérébral, le laissant paralysé et profondément effrayé par sa déficience. Son seul souhait était d'avoir la visite du Maître Zen Seung Sahn.

Bien qu'alors très fatigué, Dae Soen Sa Nim m'enjoint  à le conduire d'abord à l'établissement médical, même si cela signifiait arriver en retard au restaurant. Il offrit à mon ami Ken un mala de 108 perles, l'a encouragé à continuer la pratique, et lui a parlé pour le réconforter, tenant la main de Ken tout au long de la visite.

Pour moi, c'était le plus bel exemple de grand amour et de grande compassion face à la nécessité. Malgré les dérangements d'un planning serré, les obligations sociales et une grande fatigue, Dae Soen Sa Nim s'était rendu entièrement disponible à une personne souffrante qu'il n'avait jamais rencontrée, lui donnant une attention de tout son coeur.

En étant inauguré, le mémorial de notre grand enseignant évoque, sans aucun doute, des souvenirs semblables pour chacun de nous qui ont eu la grande chance soit de voir personnellement Dae Soen Sa Nim ou de rencontrer son enseignement. Certainement, beaucoup d'entre nous se rappellent des moments de notre vie et de notre pratique quand certains aspects de l'enseignement de Dae Soen Sa Nim ont fait toute la différence - Eveillant notre grande foi dans le dharma, maintenant notre grande détermination à suivre la voie de bodhisattva et rappelant la grande question de notre vie.

Et donc, dix ans après sa disparition, nous célébrons l'héritage vivant de Dae Soen Sa Nim, sa direction claire, dévouement inlassable au dharma, son Grand amour, sa Grande Compassion, son Grand Chemin de Bodhisattva.

SIEGE ECOLE ZEN

KWAN UM FRANCE

 

Chez C. Nottin,

1, allée Edouard Quincey 94200 IVRY

 

06 13 79 83 28

contact@kwanumzen.net